Fenêtre sur cour

août 26th, 2014

Sans doute son chef-d’œuvre absolu. Un film d’une rigueur géographique, psychologique et narrative comme on les recherche chez le Maître Hitch. Un film qui exprime toutes ses grandes obsessions et pulsions ! Un homme, photographe à la jambe plâtrée, coincé sur son fauteuil roulant, dans son appartement. C’est la belle saison, les fenêtres ouvertes et cet homme commence à observer ses voisins, s’enfonçant, sans s’en rendre vraiment compte, dans le piège implacable du voyeurisme. Face à ce personnage, coincé derrière sa fenêtre, Hitchcock construit (et ça a été effectivement construit en studios) une cour intérieure d’immeuble avec toutes ses petites fenêtres devenant autant d’écrans de cinéma projetant simultanément les films des petits drames du quotidien. Mais sur un des écrans (sur une des fenêtres), le trop curieux photographe soupçonne un grand drame : un meurtre. Les indices s’organisent comme autant d’incitations à se lancer dans une enquête qui dissiperait l’ennui de devoir rester cloué sur son fauteuil… Et, là, c’est la peur à l’état brut ! La rougeur d’un bout de cigarette dans la pénombre nous glace sur place d’effroi ! James Stewart a une copine, bon chic-bon genre, qu’il va entraîner dans son petit jeu…Fenêtre sur cour Grâce Kelly, un régal de blonde sensuelle, juste avant de devenir Princesse de Monaco. Mais il y a aussi la bonne, jouée avec une réjouissante santé par Thelma Ritter. Tous trois croient impunément entrer dans l’intimité des gens en se cachant derrière des jumelles ou le viseur d’un appareil photo et découvrent l’enfer. Et nous aussi, parce que Hitch nous y a conduit sans en avoir l’air, inexorablement. En regardant «Fenêtre sur cour», on comprend la fascination et l’influence que le film a exercées sur de nombreux cinéastes… Brian de Palma en tête. «Fenêtre sur cour » nous permet donc de déguster la blonde hitchcockienne par excellence, brûlante à l’intérieur, mais glacée en apparence : Grâce Kelly… avant de jouer les princesses. Elle tournera aussi avec le maître du suspense «La main au collet» et «Le crime était presque parfait». Mais ce «Fenêtre sur cour»sera indéniablement son plus beau rôle. Hitch se consolera de son départ avec Eva Marie Saint puis Tippi Hedren…

Leave a Reply