Mercedes, mon amour, montre-moi tes soupapes

mai 27th, 2015

Certes la presse spécialisée en a parlé bien avant ORTP. Certes la panoplie de qualificatifs élogieux déjà étalée pour en rendre compte est décourageante pour le chroniqueur retardataire. Certes on en voit déjà tellement circuler dans Paris (et ailleurs) qu’on pourrait être tenté de ne plus y faire attention. Bref, cette «petite» Mercedes est entrée dans les mœurs en 2 temps, 3 mouvements et 4 cylindres (voire 16 soupapes mais chut, ce sera pour un prochain article). Mais voilà, elle n’est pas banale. Sa conception est nouvelle, son look est déroutant (mais, une fois surbaissée et habillée de jantes BBS et de P6, elle devient fascinante), son tempérament est bouillant et… c’est une Mercedes. N’attendez pas de RATB qu’il vous égrène les mille et une caractéristiques techniques de cette superbe auto, ni qu’il vous détaille les secrets de sa technologie avancée. Auto hebdo et les autres spécialistes l’ont très bien fait. Non, notre trip à nous, c’est le loisir auto, comme on dirait le loisir vidéo. Une façon de consommer du plaisir, avec un mode d’emploi du consumérisme chébran, of course (automobile). Les bagnoles-coup de cœur ne courent pas les rues. Elles sont rares et quand l’une d’elles joue les Adjani ou les Marilyn Chambers, il faut ouvrir son cœur et son chéquier immédiatement quitte à aller passer les trois prochaines années de vacances en Dordogne plutôt qu’à Saint-Barth. Mais revenons à nos 145 chevaux (Din). La Mercedes 190 est aux porteurs de jeans 501 ce qu’est la Mercedes 280 aux porteurs de costards de tweed. La vraie classe, sans aucun compromis de ringardise, à un prix abordable (136 000 francs). La conduire, c’est un peu comme dormir au George V avec un volant peint sur le couvre-lit. Elle se drive toute seule dans un silence vraiment impressionnant, elle tient la route à un point de perfection à peine croyable et elle freine idem. Tout le know how de Mercedes tient dans cette petite diva qui peut soit passé inaperçue dans sa version standard, soit frimer sec en version améliorée (couleur noire métallisée, taille surbaissée, système de freinage ABS, petit volant, jupe sport, sièges cuir ou baquets, etc.).Mercedes Avec cette auto, vous faites 1000 bornes sans ressentir de fatigue particulière… et vous pouvez attaquer comme avec une sportive car elle «sait» le faire. Bien sûr, si on met le pied dedans ça manque un peu de chevaux, mais l’agrément général est tel qu’on n’a pas envie de jouer les teigneux avec les forcenés GTI ou les Porschistes. A chacun son aristocratie. Bon. Après cet avant-propos qui, finalement ne dit pas grand chose, il ne me reste plus pour vous convaincre que de vous expédier chez le concessionnaire Mercedes le plus proche (si vous habitez Paris, allez par exemple chez Daniel Urcun, 83, avenue Bosquet dans le 7. arrondissement). Il a d’excellents dépliants et, surtout, il se fera un plaisir de vous faire essayer l’engin de vos (nos) rêves. Un seul cauchemar : les options. Elles sont nombreuses et ruineuses. Alors, gagnez au Loto… ou économisez jusqu’au prochain Salon de l’auto. (Comptez 30 000 francs pour rendre la voiture lookée speed et agressive, comme indiqué plus haut).

Leave a Reply